sira-balde

FRANCE : LA COORDINATRICE DES FEMMES DE L’ESSONNE QUITTE L’APR ET REJOINT KHALIFA SALL

96

sira-baldeEnorme perte pour l’APR à seulement six mois de l’élection présidentielle. Sirah Baldé, coordinatrice des femmes de l’Essonne, annonce sa démission. La démissionnaire, qui militait à l’APR depuis 2009, est une responsable dont l’engagement pour le rayonnement de la famille politique du chef de l’Etat en France est connu de tous. Femme de terrain, efficace et respectée, elle fait aussi partie de la race des militants disciplinés.
La page de l’APR tournée, Sirah Baldé a décidé de faire valoir ses compétences politiques aux côtés de Khalifa Sall, un des plus sérieux adversaires potentiels du candidat de BBY à la présidentielle de 2019, selon des observateurs. Qui estiment que c’est justement parce qu’il est redouté que le pouvoir instrumentalise la justice pour le maintenir en prison.
Invitée par Infos15 à donner les raisons de sa démission, elle répondra : « Ma décision est irréversible, je démissionne de l’APR car je ne peux pas continuer à travailler dans un parti divisé. L’APR va mal, pire les gens ne veulent pas prendre conscience de l’importance des enjeux futurs. Ils ne mobilisent leur énergie que dans le crêpage de chignons. Les plus forts cherchant toujours à dévorer les plus faibles. Je ne peux évoluer dans un environnement comparable à une jungle. »
Sirah Baldé, visiblement déçue déplore aussi l’ingratitude de certains ténors du parti présidentiel. « Je ne suis pas la seule personne qui travaille pour l’APR, mais aujourd’hui, je préfère parler de moi. Tous les week-ends, j’enchaîne les réunions et les visites de proximité. Je travaille sans compter mes heures pour permettre au président de la République de se faire réélire au premier toujours. Du coup, je rentre tard à la maison ; inutile de vous dire que mes enfants ne ratent jamais l’occasion de me faire des reproches dès que je mets les pieds à la maison. J’ai eu des problèmes avec mon employeur à cause de l’incidence de mes activités politiques sur mon travail. Un jour, en revenant d’une rencontre politique, j’ai fait un accident, ma voiture était endommagée. Malgré tout cet investissement pour le rayonnement de l’APR, impossible, quand je viens à Dakar, d’avoir l’occasion de rencontrer un ministre, un directeur général…Leurs téléphones sonnent toujours dans le vide. C’est une attitude qui n’encourage guère les militants au travail, à la limite c’est de l’ingratitude. »
Sirah Baldé déplore aussi l’attitude des gros bonnets de l’APR qui, laisse-t-elle entendre, ont brillé par leur indifférence après le décès de son époux, il y a quelques mois.
« On nous dit que l’APR est une famille oui, mais dans une famille, tu vois tes proches quand le bonheur ou le malheur frappe à ta porte. Mais quand le malheur survient et que tu ne vois pas ta famille politique, je trouve cela intolérable. »
Une chose est certaine, si Sirah Baldé parvient à convaincre ses nombreux militantes et militants de la suivre, Khalifa Sall pourrait faire des dégâts en France lors de la présidentielle de 2019.

Cheikh Sidou SYLLA