macky-sall-696x464

Lettre ouverte à Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal

190

macky-sall-696x464Monsieur le Président de la République,

En tant que citoyenne impliquée de la Diaspora afro- américaine et sincère patriote de la République du Sénégal, je viens respectueusement solliciter votre attention sur des faits concernant la Place de l’Europe à Gorée. En effet, un pan de notre histoire vient d’être travesti avec cette inauguration à grande pompe. Je ne ferai pas une lettre kilométrique pour rappeler toute la genèse de l’esclavage, de son impact sur l’Afrique et des séquelles que trainent encore tous ceux dont les ancêtres ont été déportés en Amérique, en Europe et en Océanie.

Je me contenterai de n’être qu’un porte-voix qui rappelle que l’Europe, après la découverte de l’Amérique, a orchestré sa mise en valeur grâce à la traite négrière. Donner le nom du Vieux continent à une place sur l’île de la Porte du Non-retour, d’où partaient à jamais des vies volées, est un second crime, une offense à la mémoire des victimes, une insulte à leurs descendants et à tous ceux qui en ont subi les dommages collatéraux. En somme, cette situation ne concerne pas exclusivement le peuple sénégalais et les Afro-américains. Elle blesse aussi nos voisins des pays limitrophes

Monsieur le Président de la République,

Le nom de cette place se murmurait depuis des années sans que l’on veuille vraiment y croire. Mais voir sa mise en beauté et son inauguration officielle fut un choc pour toute la diaspora, au-delà de nos frontières. De plus, nous fiers Sénégalais, devons désormais baisser la tête devant les regards accusateurs de nos frères noirs d’ailleurs. Comment justifier la célébration du bourreau sur les lieux où, pendant 4 siècles, se faisait la plus grosse saignée démographique de l’humanité ? Comment réagir sachant que pour la Shoah, les Juifs ont eu droit à des pardons, un musée de l’holocauste et une reconnaissance faisant de cette extermination, un crime contre l’humanité?

Rappelons que c’est le commerce triangulaire au 16e au 19e siècle qui a rendu riches l’Amérique et l’Europe et qui a financé la révolution industrielle. Pourtant, il n’a eu que des conséquences désastreuses sur l’Afrique. Particulièrement sur les côtes du Sénégal, du royaume du Dahomey et du Congo, d’où venait le peuple Yoruba, une “race” très prisée par les maîtres des champs de coton, tabac, canne à sucre etc.

Malgé notre courte mémoire collective, l’esclavage et la traite des Noirs demeurent des souvenirs encore douloureux. Parce que ce commerce a arraché les plus jeunes et les plus forts de leur terre et famille. Il a confisqué leurs droits et libertés dès qu’ils furent vendus comme esclaves. Il est par conséquent périlleux pour notre identité, de ne pas réagir, en débaptisant cette Place de l’Europe qui justifie et donne un sens à ces horreurs.

Je le répète : l’esclavage a été une source de revenus de puissances européennes. ll fut le socle de l’économie de la plupart des civilisations occidentales. L’Afrique a donc payé, de force, sa part de sacrifices pour toutes ces inventions, avancées technologiques et médicales qui font aujourd’hui le bonheur de l’humainté. Aidez-nous donc à conserver la seule chose qui lui reste : sa dignité.

J’ai essayé auparavant en vain de m’adresser à Mr Augustin Senghor, le maire de Gorée. Par ailleurs, son personnel n’a jamais donné suite à mes appels. C’est donc dans le but de ne pas être la risée internationale et pour atténuer nos peines que j’ai pris mon courage à deux mains pour vous écrire.

C’est pour toutes ces raisons que je viens, Monsieur le Président de la République, solliciter votre aide, au nom des pouvoirs qui vous sont conférés, pour relever dignement la tête aux yeux du monde.

Je vous demande solennellement Excellence, au nom de toutes ces âmes d’exilées qui souffrent, errent et planent sur l’île de Gorée depuis des siècles à la quête de la paix et pour la mémoire de M. Joseph Ndiaye, qui a pris les armes pour libérer la France et raconter au monde entier l’histoire de la traite négrière, de bien vouloir débaptiser cette place.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes salutations les plus distinguées.

Charlène-Rokhaya Jaye
Consultante & Formatrice en Management
Canada